Thérapies du mieux-être a Caen - Dominique Chevillard

La sophrologie : un peu d'histoire

sophrologie logo C’est en 1960 que le professeur Alfonso Caycedo, neuro-psychiatre d’origine colombienne dépose pour la première fois le mot sophrologie sur ses travaux.

Il a commencé sa carrière à Madrid et s’est intéressé à la conscience à partir de la phénoménologie --un concept philosophique analysé par Hegel, Heidegger, Husserl-- qui consiste à revenir à la chose elle-même.
Son maître Binswanger, auprès de qui il travaille un an, renforce cette conviction de mettre la phénoménologie dans le plus de domaines possibles.

Toute connaissance que n’a pas précédé une sensation m’est inutile.

Pour continuer ses recherches, il entreprend un voyage en Asie : l’Inde, le Tibet, le Japon où il étudie et pratique le yoga, le bouddhisme, et le zen.

université de sophrologie (FAC) C’est à partir de cette immersion qu’il met au point les techniques de sophrologie, et les présente lors d’un congrès à Versailles en 1968. Les bases de la fondation de la sophrologie sont donc posées à cette date.
Pendant douze ans à Barcelone, il réalise de nombreuses recherches et diffuse ses méthodes.
En 1988, il s’installe en Andorre où il crée l’université de sophrologie.

Depuis il n’a cessé de travailler. C’est un chercheur. Tant est si bien qu’il ne publie aucun livre, car il revient inlassablement sur ses travaux et ne peut poser une forme définitive. C’est une science en évolution constante de part ses propres travaux, ceux de ses collaborateurs et de ses élèves de qui il s’inspire énormément. C’est le travail personnel sur la conscience qui génère cette évolution constante.


Notre existence est l’addition de journées qui s’appellent toutes aujourd’hui.


Pages suivantes